Ri-vivere nel borgo

Concorso « Re-vivre en centre bourg» (re-vivere nel centro del villagio) 2015, con Pierre David, e Lucile Dif
CAUE de l’Aude, (Consiglio regionale)
Laure Minervois (11) Francia

La popolazione nel paese sta aumentando, tuttavia le abitazioni nel centro stori-
co si stanno svuotando e le nuove case vengono costruite in periferia. Pertanto Il consiglio di Aude (sud francia) cerca idee per valorizzare il centro storico in modo da evitare la fuga degli abitanti verso la periferia.
L’obiettivo del progetto è quello di trovare una soluzione non solo per Carcossone ma in generale per i paesi di campagna, dato che tale fenomeno rappresenta un problema per diverse cittadine di campagna.La ragione? Il centro storico non è più adatto ai modi di vita di oggi : strade troppo strette, le case piccole, e spesso senza luce. Gli abitanti si stabiliscono nei paesini (urbs) per il paesaggio agricolo (ager), per la natura (saltus) e degli ampi spazi . Laure Minervois ha bisogno di una struttu-
ra per la vita del paesino. Ci sono nel centro case che non hanno mai della luce, pertanto se vengono abbattute alcunecase, doniamo alle restanti case e spazio pubblico, che sarà luogo d’appuntamento e che darà una struttura a tutto il paesino. Chiamiamo questa piazza centrale: la Piazza Nuova. Il progetto valorizza il paesaggio e da spazio in dei luoghi strategici per gli abitanti. I posti nevralgici e identi cativi del paesino sono il lago, la Piazza della Chiesa, la Piazza Nuova, la Porta Nuova, la cooperativa di vino. La struttura del paesino è costituita dalla rete di spazi pubblici che lega questi posti della vita sociale. Cosi il paesino offrea quello che gli abitanti si aspettano, senza perdere il paesaggio che stanno cercando.

Vivre de paysage – Revivre en centre-bourg à Laure-Minervois.

Le centre historique des villages de l’Aude ne sont plus adaptés aux modes de vies d’aujourd’hui. Pourtant les habitants s’installent dans les villages pour le cadre de vie des espaces agricoles, de la nature et des grands espaces.
Laure Minervois a besoin d’une structure pour faire vivre le bourg. Une structure d’espace public peut se construire à partir d’espaces marquants de la ville, aux portes du bourg. Elle doit être complété par deux maillons significatifs : une nouvelle place centrale du village et le cours de la coopérative. Ainsi re-constitué le bourg offre des espaces extérieurs larges et connectés aux paysages que les habitants recherchent tout en laissant de bonnes conditions à la réhabilitation du bâti en logements lumineux et spacieux.

Un Bosquet pour Rome

Au cœur de Rome, l’antre de l’auditorium de la musique de l’architecte Renzo Piano se transforme pour une semaine en un bosquet qui apporte ombre, fraicheur et sons des feuilles au vent.
Installation vivante pour l’entrée du Festival del festival del Verde e del Paesaggio à Rome : Composition d’un bois composé de 150 grands arbres en pot.

Auditorium Parco della Musica (Rome, Italie) Collaboration avec PAN Associati
Maggio 2017

Sac à Dos Paysages des Calanques

Suite à un appel à projet du Parc National des Calanques, l’Atelier Bleu est chargé de concevoir un outil pédagogique sur le thème du paysage, à destination du jeune public.
Sous la forme d’un Sac à Dos Paysages, différentes notions sont abordées, à la découverte de trois paysages emblématiques des Calanques : le littoral des Goudes à Callelongue, l’interface ville-massif entre la Cayolle et les Baumettes, et la Carrière du Loin dans les collines de La Ciotat.
L’objectif est d’illustrer et de mettre en débat les paysages par les jeunes observateurs, usagers et explorateurs.
Les observations et les préconisations portées par le Plan de Paysages des Calanques (coloco + Gilles Clément + ONF + Bosch, 2016) sont ré-interrogées.

 

ZAP ! Zone Agricole en Projets

La Plaine agricole du Caramy au niveau de Brignoles, La Celle, Tourves, s’enfriche car elle se fait happer par la pression foncière.
Cette étude présente la Plaine en un seul territoire cohérent, composé de différentes entités paysagères remarquables.
Les lieux de projets correspondent aux limites à dessiner entre l’espace urbains, agricoles, et naturels, et à l’introduction d’espaces publics au sein de l’étendue cultivée.

La plaine agricole devient Paysage, par le changement de regard et les propositions de Projet :
Les parcs en limite de ville, des chemins mis à distance des parcelles agricoles, une ripisylve élargie permettent de jouir de tous les éléments du paysages qui attirent dans une structure durable.

A la découverte des paysages varois

Animation de plusieurs séances de travail autour du thème des paysages dans une classe de CE2 du centre-ville de Toulon. En classe, un débat a émergé. Sur le site, au village perché de Solliès-Ville, nous nous sommes confronté à la réalité. De retour en classe, nous avons restitué nos expérience, sous la forme de dessins collectifs.
(Avec Brice DACHEUX-AUZIERE, Paysagiste concepteur.)

Renaturalisation du Ticino – Saleggi

Le fleuve du Tessin traverse la Plaine de Magadino de façon rectiligne, mis à l’écart de la ville par de nombreux ouvrages d’ingénierie hydraulique.
Aujourd’hui, la re-naturalisation du fleuve pose la question de sa place par rapport à l’activité humaine et à la ville.
Elle représente un fort potentiel de centralité pour la conurbation de Bellinzona qui va s’agrandir avec l’arrivée de la ligne de train Alp-Transit.
Ainsi, dans le seul méandre du Tessin, un parc va naître au cœur de la ville, et la ville se construira avec lui : un nouveau parc d’accès à l’eau et des îles inaccessibles pour le répit de la faune et la flore.

Schéma d’aménagement des Gorges de l’Hérault

Dans le site remarquable des Gorges de l’Hérault, les objectifs du « Schéma d’aménagement et de gestion des activités nautiques et de baignade des Gorges de l’Hérault » concernent deux échelles d’espace :
– comprendre les dynamiques paysagères sur le temps long et les enjeux paysagers de ce territoire complexe ;
– proposer des aménagements ponctuels sur le lit du fleuve pour proposer des activités de navigation et de baignade de qualités, en accord avec l’esprit des lieux et dans le respect des écosystèmes.

 

Les Balcons de Pierrevert

Ce projet a été pensé dans le cadre d’un concours d’idées organisée par la commune de Pierrevert, l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Marseille et l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix, avec Arthur VAUTIER, urbaniste – paysagiste.
La proposition de projet des «Balcons de Pierrevert» consiste en un déploiement d’un réseau d’espaces publics piétons à l’échelle de la commune, de la plaine viticole jusqu’au centre-village et deux espaces publics ouverts symboliques : le Théâtre de Verdure et le Jardin de Jeannette.
Les usages dans le centre-village et ses abords sont enrichis, la gestion des espaces est simplifiée.
Pas à pas, au gré du programme de travaux, le paysage de Pierrevert se transforme.

 

Un morceau d’agriculture

Expérimentations in-situ dans un jardin rurbain

La ligne directrice du projet est simple : retrouver l’essentiel. Enlever le superflus et souligner le capital.
L’essentiel, c’est cette histoire agricole qui a façonné le terrain pour le rendre cultivable, finalement habitable.
Les actions :
– Dégager les vues vers le grand paysage, vers le massif des Calanques ;
– Ouvrir l’espace encombré par l’enfrichement et les plantations d’ornement trop généreuses ;
– Remonter les murs de soutènement, les murets, les terrasses ;
– Valoriser la ligne droite, l’alignement.
La méthode est spontanée : sans plan dessiné, on ouvre les vues, on change, on teste sur le terrain.
Le jardin, par son échelle réduite, offre la possibilité de dessiner à l’échelle 1:1.

Réactiver le cœur de village

Le village de Roveredo va changer de structure.
De l’autoroute qui le coupe en deux, Rovedero bénéficiera d’un espace vacant en son cœur.
La proposition montre une vision du village de Roveredo qui se reconstruit par l’association des jardins alpins et de la rivière Moesa. Celle-ci est évoquée sur les places du village par une série d’abreuvoirs-fontaines accompagnant un espace de pause : les potagers alpins.
Les espaces publics proposent un cadre de vie qui se prolonge dans l’espace semi privé des résidences.
Ainsi c’est un ensemble d’espaces ouverts jardinés qui innerve la ville et l’ouvre vers son grand paysage magique et touristique : La Moesa.

Un jardin-colline à La Treille

Sur les pentes du Massif de l’Étoile, dans les collines de Marcel Pagnol, un jardin oublié se réveille et redécouvre son histoire.
La composition du lieu s’organise selon les terrasses agricoles anciennement cultivées et les nouveaux usages domestiques des habitants.
Les revêtements de sol s’adaptent aux utilisations et s’harmonisent entre eux : parking, circulation piétonne, promenade dans le jardin, terrasses en bois et esplanade en gravier.
La végétation est gérée afin de ménager des vues sur les horizons lointains et spectaculaires des collines, et pour mettre en valeur les espèces productives : olivier, figuier, amandier, cerisier, romarin, thym, etc.
Les illustrations qui suivent détaillent la première phase du projet : « Sols & cheminements » et « Végétation ».

Habiter aux Camoins

Entre les villages des Camoins et de La Treille, dans les collines marseillaises, une maison se transforme.
En dialogue avec les propriétaires-architectes, des solutions d’espaces émergent.
Les propositions faites autour du jardin sont donc étroitement liées aux usages des habitants.
On retrouve des espaces différents, abrités du soleil, en lien étroit avec l’intérieur, qui communiquent les uns avec les autres, et que l’on vient reconfigurer avec des moyens techniques simples (pots en terre, taille des végétaux existants, tentures, ombrières…).

Parco della Pace

Le Parco della Pace à Vicenza se dessine sur les vestiges d’un aéroport militaire largement bombardé pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les citadins attendent de ce parc un espace partagé qui revient à la ville, symbole de paix. La conception est assurée au sein de l’équipe de PAN Associati, associée au Studio Zagari, EMF et ITS.
Le site a une grande qualité : l’eau saine de la nappe phréatique est à moins d’un mètre de profondeur.  Ainsi un jardin riche, aux écotones multipliés peut naître et constituer le havre de paix des habitants de Vicenza.
Le Parc de la Paix sera un observatoire scientifique et pédagogique des dynamiques naturelles : les espaces boisés seront plantés pour un tiers seulement, et le reste du Parc sera naturellement colonisé. Ainsi sa durabilité, l’économie du projet et la spécificité des espaces sont assurées.
Le parc sera un paysage didactique qui va se transformer sous leurs yeux de ses usagers, à l’échelle du temps long.

Jardin des montagnes

Une petite parcelle avec la vue lointaine sur les crêtes des montagnes, et une maison qui scinde le terrain en deux. Deux jardins : l’un avec vue dans le ciel, l’autre avec un contact fort au sol.
D’une part, la haie libre souligne cet horizon particulier et clôture le jardin avec une épaisseur de cocon.
De l’autre une micro-topographie permet de mettre en scène des lignes de vignes et de pêchers.
Les cultures s’étagent et structurent l’espace de vie de la famille entre espace de repas, de jeu pour les enfants, et de circulations entre la maison et le jardin.

Interface ville/nature au Parc National des Calanques

La création du Parc National des Calanques pose une question stratégique : comment aménager et gérer l’interface entre un espace à dynamiques naturelles à protéger et la deuxième ville de France ?
Entre la Madrague de Montredont et Callelongue, nous proposons la création d’une série de portes d’entrée vers le massif dans les vallons (terrains de remblais artificialisés), et de promenades littorales dont on diminue l’impact sur le milieu en les cantonnant à des fins linéaires.